jeudi, octobre 22, 2020
Politque

Goma: Le maire de la ville appelé à s’expliquer auprès de sa hiérarchie pour sa communication demandant aux criminels une trêve

10views

Après sa sortie médiatique controversée du mercredi 07 octobre dernier demandant aux criminels d’observer une trêve pendant le séjour du chef de l’État à Goma, le maire, Muissa Nkesse Timothée est appelé à s’expliquer auprès de sa hiérarchie.


C’est par une correspondance du gouverneur de la province, Carly Nzanzu Kasivita, du 09 octobre 2020, lui demandant dans 48h, d’explications sur sa communication.


« J’ai été saisi d’un surprenant élément sonore vous attribué et dans lequel vous auriez exigé une trêve aux criminels opérant dans votre juridiction pour la durée du séjour du chef de l’État à Goma, avec possibilité de relancer leur activisme aussitôt après son départ. Au regard de sa teneur et de vos responsabilités, je vous enjoins d’éclairer l’opinion publique et de me fournir dans les 48 heures à dater de la réception de la présente, l’explication sérieuse quant à cette communication », écrit le gouverneur Kasivita.


Pour rappel, le maire de goma avait formulé cette trêve aux criminels le mercredi 07 octobre juste au lendemain d’une nouvelle fusillade à goma laquelle a coûtée la vie à une personne.


«C’est un acte horrible qu’ils ont fait. S’ils ont ce comportement là de tirer les balles en désordre ou encore de prendre des civils en otage, qu’ils nous pardonnent d’abord pour que le chef de l’État travaille calmement et quand le chef va rentrer (à Kinshasa, ndlr), ils peuvent voir comment continuer les activités criminelles habituelles. Nous sommes très choqués de voir des tels actes », avait déclaré le maire Muissa Nkesse Timothée.

cependant, après la reception du gouverneur, le maire de la ville ne reconnait pas l’audio qui lui est attribué mais demande pardon.


Retenez que, Pendant le séjour du chef de l’État, des coups de feu ont retenti deux nuits durant. Ce qui aurai donc poussé le maire à supplier les bandits à observer une trêve.

Mwammar Awoni, à Goma

Leave a Response